Tarquinio Merula (1595 - ___)
Arie e Capricci a Voce Sola
 

Réédition/Re-issued as
Naïve 9964

Description

Artistes / Performers

Montserrat Figueras, J.-P. Canihac, Ton Koopman, A. L. King, R. Lislevand, L. Duftschmid, J. Savall

Lieu d'enregistrement / Recording site: 
Église de Valkkoog (Pays Bas / Netherlands)

Date d'enregistrement:  07/1992
Recording date: 07/1992

Durée totale / Total time: 55'40

Cat. #: ES 9964 (ES9964)

Édition originale/Original recording
Astrée - 8503

(Cliquer la miniature pour agrandir)
(Click on thumbnail to enlarge)

 

 

Appréciation (s) / Review(s)

Gramophone
January 1994

(English)

- Texte intégral anglais
- Full text

 


Analyste
Jonathan Freeman-Attwood
Condensé (traduction libre):
Reviewer: Jonathan Freeman-Attwood

Quoted in part: 
"Figueras's approach in the intricate and colourful melodic strands of the 'concerted' pieces is impetuous but effectively paced too. The result is at times little short of spellbinding: Su la cetra amorosa is executed with all the considerable virtuosity, energy and emotional intensity it deserves, complemented moreover by an exciting and fluent dialogue with a solo cornett. She thrives on the momentum of the ostinato bass, especially one which is treated to such free articulation and improvisatory liberties as this. Also impressive is her ability to judge the fine line between comedy and despair in Quando gli uccelli portaranno i zoccoli (''When birds wear clogs''), where Merula's slightly bizarre sense of humour and a proven sense of irony are exhibited to the full. If there is a drawback to Figueras's freestyle it is the tendency to force her tone, especially in simpler strophic forms whose abstraction can highlight deficiencies in intonation and tonal quality. Ensemble can be a little ropey, too, but the overall richness of musical timbre and freedom of expression is what ultimately prevails. Well worth investigating."
 
Diapason- # 396

(English)

 

Appréciation 



E
valuation

 

Chroniqueur: Denis Morrier
Résumé ou abrégé: 

Denis Morrier ne manque pas de souligner la contribution à cet enregistrement d'interprètes qu'il qualifie de "... parmi les plus importants du moment" (i.e. 1993). Mais il ajoute: "... le principal intérêt de cet enregistrement réside, bien entendu, dans les pièces v
ocales interprétées, avec sensibilité et chaleur par la voix inimitable et si caractéristique, de Montserrat Figueras. La chanteuse catalane nous a plus séduit dans les madrigaux spirituels ... que dans les fraîches et plus ornées canzonette, où l'on peut parfois déceler quelques imprécisions de justesse ou de vocalisation".

Poursuivant son article, Morrier écrit:  " Cet enregistrement recèle toutefois un pur chef-d'oeuvre, d'une beauté étrange et bouleversante, le madrigal spirituel " Hor chè tempo di dormire ", sorte de  longue berceuse écrite sur une basse obstinée (et vite obsédante) de deux notes seulement, emplie de sidérantes dissonances justifiées par un texte d'une cruauté invraisemblable (la Sainte Vierge berce son enfant, contemple chacune des parties de son petit corps et énonce quels tourments leur seront infligés au moment de la Passion - "ces mains et ces pieds ... des clous pointus vont les percer". 

Il conclut  en soulignant que " cette pièce pathétique et sombre exhalant une rare intensité émotionnelle (à n'en point douter, l'empreinte de Jordi Savall), est désormais à compter parmi les réalisations les plus fortes et les plus marquantes de Montserrat Figueras".
Reviewer:
Abridged version :


Classica - no. 33
06/2001

(English)

Appréciation
Recommandé 


Evaluation
Recommended

 


Article co-signé par J.-N. Coucouroux, S. Friedrich, S.Perreau

Résumé ou abrégé: 
L'auteur de cette chronique voit dans ce disque "...  l'un des enregistrements les mieux réussis de Montserrat Figueras".  Il ajoute: "Si la voix de Figueras ne trouve pas toujours de fervents défenseurs chez les amateurs de pure technique vocale, elle ravira les âmes les plus sensibles. Tout, ici, n'est qu'émotion pure, soin du texte, recherche de l'effet le plus délicat pour faire pleurer l'âme. En marge des premiers opéras de Monteverdi, de concert avec la langoureuse inspiration de Cavalli, les pièces de Merula (dont on ne connaissait jusqu'alors que l'oeuvre instrumentale se révèlent tout à la fois populaires et pathétiques. Un disque tout de poésie, indispensable à toute discothèque baroque".
 

Review
co-signed by J.-N. Coucouroux, S. Friedrich, S.Perreau
Abridged version :


 

 
       
 

Autres références disponibles via la base de données de Todd McComb:
(Site: http://www.medieval.org)

Other available references  via
Todd McComb's date base:
(Site: http://www.medieval.org)
 

 

La musique / The music

1. Folle è ben che si crede
2. Chi vuol ch'io m'inamori
3. Su la cetra amorosa
4.Toccata del 2o tono (harpe/ harp)
5. Un bambin che va alla scola
6. Quando gli ucelli portaranno i Zoccoli
7. Sentirete una canzonetta
8. Capricio (clavecin / harpsicord)
9. Menti lingua bugiarda
10. Hor ch'è tempo di dormire
 

Consulter directement / Instant access

Quelques titres de référence / A few fundamental titles

Merula: Arie e Capricci  (in Medieval.org)