Texte paru dans: / Appeared in:
*

Diapason # 623 (04/2014)
Pour s'abonner / Subscription information


Zig-Zag Territoires
 ZZT340




Code-barres / Barcode : 3760009293403 (ID429)

Consultez toutes les évaluations recensées pour ce cd ~~~~ Reach all the evaluations located for this CD


 


Appréciation d'ensemble:

Analyste: Philippe Ramin

Les trois sonates pour viole et clavecin sont de nouveau à l'honneur après les propositions successives des frères Ghielmi et d'Altstaedt (cf. no 622). Cadeau inattendu, une métamorphose très convaincante de la Sonate en sol majeur pour violon et clavecin couronne la proposition de Marianne Muller et de Françoise Lengellé. Commencez par cette splendide réalisation, où les deux artistes sont touchées par la grâce et conversent avec une grande noblesse, tour à tour spirituelles (Allegro final) et d'une gravité superbe (Adagio). On conseillera d'écouter les trois sonates pour viole dans leur ordre habituel plutôt que dans celui du disque.

Dans celles en soi et ré majeur, les musiciennes trouvent leurs marques avec aisance et dialoguent avec souplesse en dépit d'une syntaxe un peu mécanique (cadences, fin de phrases) ou de respirations appuyées. Le mouvement conclusif de la Ré majeur s'essouffle avant le retour du thème, trop de précaution nuit. Une fébrile Sonate en sol mineur vient creuser l'écart entre les deux partenaires, quelques scories (Allegro final) renforcent un vague sentiment d'insécurité. Le clavecin utilisé (David Ley d'après Gräbner 1739) semble intéressant mais se trouve trop reculé. Dommage, car son timbre particulier est en partie privé d'une énergie propice au dialogue. Malgré ces réserves, la magnifique prestation de Marianne Müller, son engagement et l'éloquence de son propos méritent les plus vifs éloges.                   

Fermer la fenêtre/Close window

 

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews