Texte paru dans: / Appeared in:
*


Classica # 194 (07/2017)
Pour s'abonner / Subscription information


Bis 
BIS2248




Code-barres / Barcode : 7318599922485(ID599)

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste:  Jérémie Bigorie

En affichant les noms de Barbara Strozzi, Claudia Sessa, Lucrezia Vizzana et Francesca Caccini, le présent récital fait mieux que respecter la parité. Le programme proprement dit reprend le genre du lamento dans lequel se sont illustrées Magdalena Kozená (Archiv), Anne Sophie von Otter (idem) ou Anna Caterina Antonacci (Naïve). Soprano et non mezzo comme ses devancières, Ruby Hughes ne peut leur disputer le charnu des graves comme la raucité étudiée de certaines inflexions (aussi le gémissement inaugural de Lagrime mie de Strozzi pourrait-il être davantage vécu), mais elle compense par son talent de diseuse qui lui permet de sculpter les syllabes, comme dans la ballade d'esprit populaire Venus' Birds de John Bennet. Respectée, la rhétorique baroque n'est pas pour autant arborée en étendard au point de masquer le lyrisme de la ligne. Oh ! Lead me to some peaceful gloom de Purcell traduit la douleur et l'amertume de la femme abandonnée mais « sans affectation », comme dirait Golaud. Dans L'Eraclito amoroso, Ruby Hughes montre même toute une gamme de sentiments, du soupir à l'envolée lyrique, et trouve des accents tragiques où notes et mots vibrent à l'unisson. Jonas Nordberg, alternant luth, archiluth et théorbe, et Mime Yamahiro Brinkmann sont d'attentifs accompagnateurs. Dans les parenthèses instrumentales, le violoncelliste s'emploie à maintenir l'oralité de la mélodie au moyen d'un phrasé très expressif. Cette excellente introduction au XVIIe siècle, vu sous l'angle féminin est magnifiée par une remarquable prise de son.


Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews