Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 668 (05/2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Pentatone
PTC5186669



Code-barres / Barcode : 827949066962

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Gaëtan Naulleau

Qui s'étonnera, après avoir écouté ce récital d'un perfectionnisme peu commun, de trouver le nom du chanteur crédité avec celui de Markus Heiland pour le montage ? Bejun Mehta ne laisse rien au hasard, dans une réalisation qui se mesure moins aux standards de ses collègues contre‑ténors qu'à l'exigence des plus grands Liedersänger. Le récitatif‑minute placé au début de la cantate de Vivaldi gagne ici autant d'inflexions et de demi‑mots qu'un lied de Wolf sous l'oeil de Fischer‑Dieskau. Le jeu de Mehta sur le timing déclamatoire ‑ anticiper, retarder, effacer, étirer, appuyer la syllabe ‑ est un trésor en soi dans ce concentré d'images fugaces et de second degré (« Larmes, soupirs et appels à la miséricorde sont les ruses dune femme inconstante »). Sans compter la coloration des voyelles, du vibrato, la dynamique, et cette discipline qui vaudra dans tout l'album : un effet dupliqué est un effet de trop.

Du persiflage galant, Mehta passe directement aux ténèbres, où il plonge corps et âme. Les premières mesures de l'invraisemblable Lamento (Johann Christoph Bach) pourraient annoncer une distance: le chanteur y ménage, en fait, une progression dantesque, où l'Akademie für Alte Musik des grands jours nous prend aussi à la gorge. Puis notre caméléon, par un enchaînement malin, s'envole sur un air extatique de Handel. Alors celui qui semblait né pour se flageller nous tend le plus doux des baumes. Quel contre‑ténor possède aujourd'hui un tel éventail expressif ?

On lit en filigrane, dans Mi palpita il cor (Handel), l'exemple de son mentor René Jacobs : dans l'art de creuser les reliefs irréguliers de la phrase, d'esquiver le point culminant dune vocalise pour mieux la galber; de conduire une note tenue au bord de l'extinction. Jacobs, lui aussi, savait composer avec ses atouts comme avec ses limites ‑ Mehta élargit sa palette jusqu'à des sons ingrats ou des vibratos épais, par petites touches. Le maître avoue volontiers qu'à ce jeu, son disciple favori l'a dépassé.

Nous l'admirions depuis dix ans à l'opéra, chez Handel, Britten ou George Benjamin, nous pensions le connaître, et nous le découvrons prodigieux dans le cadre plus serré des cantates qu'il investit comme des « conversations très particulières du chanteur avec lui-même, tandis qu'il se débat avec leurs sujets ». Et Bach, ce monde à part où se risquent rarement les bêtes de scène ? En trouvera-t-il les clefs ? Il en maîtrise génialement les codes dans le premier air d'
Ich habe genug, où la dialectique de la lassitude, du désarroi et de la détermination s'articule avec une précision d'horloger. Et l'orchestre, défié autant que stimulé, lui répond d'égal à égal. Il fallait oser, aussi, un dernier air (« Je me réjouis de ma mort ») clamé avec autant d'aplomb et de fierté, comme l'ont fait quelques barytons mais aucun contre-ténor jusqu'ici.


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.
 

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews