Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 692 (09 /2020)
Pour s'abonner / Subscription information


Aparté
AP232



Code-barres / Barcode : 5051083152822

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Denis Morrier

Fautif d'avoir engendré une oeuvre surabondante et un fils prodigieux, Alessandro Scarlatti reste encore aujourd'hui bien négligé et sa discographie bien modeste. Sébastien de Brossard le tenait pourtant, vers 1725, pour le « musicien le plus accompli qui ait fleuri sur la fin du dernier siècle et au commencement de celui-ci », et son oeuvre « du plus excellent moderne ». En témoigne ce Martyre de sainte Théodosie de Tyr, oratorio dont le livret mêle intrigue amoureuse et morale édifiante - une jeune vierge vouée à Dieu est condamnée au supplice par le père de celui qui l'aimait en vain. Fascinante, la musique revêt une construction et un style d'une originalité toute baroque: deux parties asymétriques alternent irrégulièrement récitatifs et airs (au nombre de dix-huit, confiés pour moitié au rôle-titre), dont la diversité formelle et expressive est remarquable. Ainsi, on compte seulement quatre arie da capo, les autres évoluant de la structure strophique à une écriture plus libre; la plupart comportent de somptueuses parties orchestrales, certains requièrent une agilité hors norme, et tous déploient une puissance rhétorique frappante. En témoigne le lamento « Spirti beati » qu'entonne l'héroïne à l'heure de son martyre, associant chromatismes funèbres et lumière angélique. De la majestueuse sinfonia initiale jusqu'à l'impressionnant choeur conclusif, Thibault Noally dirige du violon un ensemble de cordes admirable de cohésion et généreux de son, et offre un écrin somptueux aux voix. Et quelles voix! Emiliano Gonzalez Toro, tout de vaillance et de velours, restitue avec finesse les passions opposées de l'amoureux désespéré. Le timbre profond d'Anthea Pichanick confère à son rôle de serviteur insidieux la trouble séduction espérée. Renato Dolcini campe un Gouverneur tout en subtilité, capable d'une tendre inquiétude face à la détresse de son fils (« E quando felice »), mais aussi d'une autorité impitoyable dans ses appels fulminants au supplice (« Già d'ira m'accendo »). Emmanuelle De Negri incarne la vierge martyre avec une intensité tout à la fois héroïque et tragique. Précise dans les redoutables vocalises d'« All'armi o constanza», elle nous éblouit par son lyrisme pathétique dans « Soccorretemi cieli fedeli » : sans doute la psge la plus émouvante de cette partition d'un bout à l'autre passionnante.          


Sélectionnez votre pays et votre devise en accédant au site de
Presto Classical
(Bouton en haut à droite)
Livraison mondiale

Pour acheter l'album
ou le télécharger


To purchase the CD
or to download it

Choose your country and curency
when reaching
Presto Classical
(Upper right corner of the page)
Worldwide delivery

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews